dimanche 30 mars 2014

C'EST TON ANNIVERSAIRE 1.


- Ah si ! Absolument ! Aujourd’hui c’est ton anniversaire, j’ai vérifié… Tu vas entasser un an de plus sur ta pile d’années… Tu n’as pas l’air content ? Tu vas faire comme les copines Polette, tu n’as pas le choix, les bas qui plissent et les lunettes... Oh non! Tu n’as pas le choix, tu vas traîner ton entassement comme une croix… Et "Joyeux Anniversaire" par-ci, "Joyeux Anniversaire" par-là…Tu vas voir comme « merci » est difficile à dire, tu vas le cracher comme un noyau d’olive, un noyau amer… Anniversaire…C’est que ça fait vieillir… Oui, à force, ça fait vieillir cette connerie… Allez demain c’est fini, c’est bien fini… T’as pas un peu de pinard pour fêter ça ? Tu ne bois pas ? T’as pas un cendrier ? Tu ne fumes pas ? Une soucoupe ? Un couvercle de confiture ? Tu ne manges pas de confitures ?...
Tu m’emmerdes Polette, tu m’emmerdes….
Joyeux Anniversaire ! Et toc !

DIMANCHE, JOUR DE PLAGE.

Tous les dimanches, Polette se change dans le sac de plage, pendant que sa soeur fait le guet. 
Sauf la semaine dernière.
Il pleuvait.

BLOG 3.



- Je ne pense pas que " Blog " s'écrive comme ça ... Je vais vérifier dans le dictionnaire.

VISION DES CHOSES.


- Une carpe voit la même chose que vous, mais l’interprète-t-elle de la même façon ? Et vous voyez la même chose qu’une carpe, mais l’interprétez-vous de la même façon ?
Il faudrait en parler... Jeudi en quinze à la même heure, ça vous irait ?

samedi 29 mars 2014

TROMPINOS ACCORDÉ.


-Breeedooouuuiilllle ! Breeedooouuuiilllle ! Ce trompinos à serpentins filetés a une sonorité de fond de couloir, mais il sonne Bon Dieu ! Il sonne métallique et franc du collier…
J'aime ça ! 
Et 1 !
Et 2 !
Et 1, 2, 3, 4 !

HISTOIRE DIFFICILE.



Quand la femme à tête de livre rencontra l’homme à tête d’échiquier, leur histoire s’annonçait difficile. L’homme était tâteur de pipe debout et la femme, endormeuse de tablier sur les genoux. Il vivait sur fond d’océan, elle habitait à la coïncidence des murs. Ils étaient fidèles à leurs façons, elle à sa chaise, lui à son pantalon. Quand la femme à tête de livre rencontra l’homme à tête d’échiquier, leur histoire s’annonçait difficile...

C'EST L'HEURE.


-Tu as fait le grand saut ?
-Façon de parler…
-Cette idée tournait en boucle dans ta tête.
-J’hésitais…
-Toi ? Le cul entre deux chaises ?
-T’es marrant, je ne savais pas ou j’allais foutre les pieds…
-Ce n’est pas si mal, d’après ce qu’on dit.
-Personne n’est jamais revenu pour raconter, et qui sait s’il n’aurait pas raconté des conneries…
-Tu étais tenté par l’aventure…
-Pour avoir la paix… 
-On t’emmerdait ?
-Mais non !… hésiter m’a permis de rester un peu plus …
-Tu es retombé une fois déjà...
-Comme un con sur la télécommande du lit…
-C’était comment ?
-Je ne sais pas, ils ne m’ont pas laissé assez de temps…
-Tu veux y retourner ?
-Je n’ai plus rien à faire …
-Tu n’as plus envie…C’est ça plus envie ? 
-Peut-être…
-Et cette fois c’est la bonne ?
-Je crois oui…Allez! Lâche-moi…
-Pas encore.
-Allez fait pas le con ! Ça tire, tu vas m’arracher le pantalon, la godasse, la jambe…
-Tu n’as rien à me dire ?
-Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? Je n’ai jamais parlé, je ne vais pas commencer maintenant…
-Pourquoi pas…
-Je n’ai pas le temps…
-Prends-le !
-… Je vous aime ?...
-Merci…
-Ça suffit maintenant, lâche-la corde s’il te plaît…
C’est l’heure.